Le Marocain ou le visiteur indésirable

Il nous est tous arrivé, au moins une fois dans notre vie, de nous retrouver, un peu par hasard ou par je ne sais quel concours de circonstances, chez quelqu’un qu’on connaît et que ce dernier n’est pas très à l’aise avec notre présence chez lui. Au fil de la visite, on finit par ressentir le malaise : la personne parle très peu, regarde beaucoup son téléphone ou même pire, prétexte que le chauffage est en panne (quand il fait super frais), qu’il/elle a une urgence à gérer dehors ou même que son frigo est vide et ne peut rien servir. Tous les moyens sont bons pour nous mettre dehors. Au final, on s’en rend compte et on finit par s’en aller avec ce qui nous reste de dignité. Il/elle se lèvera et vous dira de reste plus longtemps, que ça lui a fait plaisir de vous voir et que c’est dommage de partir aussi rapidement, mais nous savons tous les deux que ce n’est pas vrai.

Actuellement, le gouvernement marocain (ou peu importe qui tient la manette qui contrôle ce pays) a choisi le même processus pour que ces citoyens se cassent de leur propre gré, peu importe comment et vers où ils partiront.

Entre hausse des prix, absence de sécurité, main basse sur les budgets du contribuable, médiocrité des représentants au sein du parlement et secteur d’éducation et de santé qui laissent à désirer, c’est à se demander comment la Maroc fonctionne vraiment et qu’est ce qui le fait avancer au juste.

Ce qui est encore plus curieux, ce sont les incidents qui continuent de s’accumuler au fil des jours. Chaque semaine ramène son lot d’événements les uns aussi scandaleux que les autres. Des fois marrants et des fois tragiques, mais ce qui est sûr, c’est qu’ils ont toujours le même effet sur le citoyen marocain, qui ressent du désarroi, de la honte et de la colère. Désormais, grâce aux réseaux sociaux, tout le monde peut être au courant de tout, les « trends » se partagent rapidement comme un feu qui embrase la forêt. Il n’y a d’ailleurs, je pense, pas meilleur exemple pour illustrer le peuple marocain, qui en effet, telle une forêt touchée par une petite flamme, brûle avec des flammes qui atteignent des vingtaines de mètres et au final, se transformer juste en un gros tas de cendres.

Le Marocain voit tout et est au courant de tout ce qui se passe dans son pays. Parfois, il écrit des statuts ici et là pour partager son opinion. Les plus fous font même des vidéos en direct, qui finissent partagés par des milliers d’autres internautes, et ainsi de suite. Mais tous savent pertinemment que cela ne changera rien et finissent par vivre avec en oubliant et en attendant le prochain scandale. Ceci a fini par devenir même une routine, une sorte de normalité même. Un « normal » de plus en plus dangereux ces derniers mois d’ailleurs :

  • Hausse continue des prix des aliments de base, du gasoil, etc. Un boycotte mitigé.
  • Les crimes à l’arme blanche ne surprennent plus personnes et n’importe qui peut cacher son sabre dans son pantalon. La vie normale.
  • Un train de l’ONCF fait un terrible accident causant des morts et des blessés graves et l’ONCF s’en sort avec brio en faisant en sorte que l’enquête accuse plutôt le chauffeur du train (qui d’ailleurs est décédé, c’est plus facile d’accuser un mort), alors que tout le monde est conscient des états lamentables des trains, des rails et des matériels de signalétique. Heureusement que le roi s’occupe des frais d’enterrement !
  • Le gouvernement décide de rester à GMT+1 et de changer les horaires des écoles avec uniquement une heure de pause déjeuner, sachant que les écoles publiques et la majorité des écoles privées aussi ne sont pas équipées en cantines. Les blagues fusent sur les réseaux sociaux mais pas âme qui vive pour contester cette décision qui jusque-là reste sans aucune explication portant une once de logique.

Et plein d’autres incidents, décisions et drames qui sont arrivés et arriveront au dépend d’un citoyen qui préfère faire l’autruche que de faire face réellement aux responsables de cette mascarade. Il est clair que tant que le Marocain continuera à être individuel, il sera à jamais prisonnier de la peur qui l’oblige à supporter sa misérable vie dans son pays, mais d’un autre côté, cette individualité est peut-être ce qui le poussera à aller de l’avant et s’envoler vers une autre destination où il pourra vivre plus dignement. Certes, loin de sa patrie et de sa famille, mais au moins, il aura gagné de ressentir enfin ce qu’est la dignité d’un Homme.

Le Maroc n’a par ailleurs jamais connu une aussi importante fuite de cerveaux, avec 600 ingénieurs et un total de 8000 hauts cadres marocains, formés des établissements du secteur public et privé du Maroc, qui quittent chaque année le Maroc. Les moins chanceux et moins diplômés finissent par opter à prendre le risque de traverser le détroit de Gibraltar, le risque n’étant actuellement plus de se noyer uniquement, mais aussi d’y laisser sa vie sous les balles de la police des frontières du Maroc. Tout comme cet hôte qui n’a pas envie de toi et qui te dit «! لا و الله إ حتى تكلس تشرب أتاي ».

Comme quoi, même chez lui, le Marocain restera à jamais étranger.

 

Une petite tasse de thé qui n’a pas été servie

Vous aimez bien ce contenu... Partagez-le 😀 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *